Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : REPUBLICAINS CHAMPS SUR MARNE
  • REPUBLICAINS CHAMPS SUR MARNE
  • : LES REPUBLICAINS de Champs-sur-Marne vous accueillent. Informations et commentaires sur la vie politique locale et la politique nationale. Ce blog est celui des adhérents, des militants et des sympathisants ...qui défendent les valeurs de Droite et du Centre, qui défendent la liberté, l'autorité, la responsabilité et naturellement la FRANCE. Bien à vous
  • Contact

Recherche

Pages

4 septembre 2008 4 04 /09 /septembre /2008 11:50

La rentrée des classes de près de 12 millions d’élèves s’est effectuée ce mardi 2 septembre 2008.

 

Placée sous le signe de la réforme du ministre de l’éducation nationale Xavier Darcos, la rentrée s’est très bien déroulée malgré les inquiétudes compréhensibles de bon nombre de parents et d’enseignants, notamment en ce qui concerne la suppression de 11 200 postes d’enseignants.

Contrairement à ce que la gauche avait annoncé, en particulier la majorité socialo-communiste de Champs-sur-Marne et du Val Maubuée, il n’y aura pas cette année, comme toutes les autres années, de problèmes de sureffectifs dans les classes. Le taux d’encadrement des élèves est même légèrement supérieur à celui de 2007. Avant de critiquer ou d’attaquer les choix du gouvernement et de faire des prévisions alarmistes, démagogiques et fausses à des fins partisanes, comme le fait très souvent le Maire communiste de Champs-sur-Marne, il serait préférable de réfléchir d’abord avec discernement au bienfondé des mesures annoncées. C’est de cette manière que l’on fait avancer les choses.

 

Les principaux changements de cette année sont :

 

- la suppression du samedi matin

 

- la mise en place de 2 heures de soutien scolaire aux élèves en difficulté, mesure profitable aux familles qui n’ont pas forcément les moyens de payer des heures de soutien via un organisme de cours à domicile.

 

- des programmes rénovés pour l’école primaire, afin de mieux garantir ses principales missions (égalités des chances, formation du citoyen entre autres), exprimés en des termes plus simples et plus concis afin d’être plus accessible à l’ensemble des parents.

 

- le service minimum d’accueil des élèves qui évitera aux parents d’être pris en otage par des grèves éventuelles.

 

Souhaitons la réussite de ces réformes, et que cette année se passera sans problèmes. Il est néanmoins regrettable que certains syndicats enseignants appellent déjà à manifester, alors que la rentrée vient à peine de commencer. Cette culture de l’affrontement n’est d’ailleurs peut-être pas étrangère au fait que les syndicats ne représentent aujourd’hui plus qu’une minorité d’actifs.

 

Il ne nous reste plus qu’à souhaiter une bonne réussite à tous les élèves de France pour cette nouvelle année, ainsi qu’aux personnels enseignants et non enseignants.

Repost 0
4 septembre 2008 4 04 /09 /septembre /2008 11:46

Alexandre Soljenitsyne vient de nous quitté. De toutes les victimes du communisme, il fut certainement la figure la plus illustre. L’Histoire retiendra de lui un homme qui a passé sa vie à dénoncer le système communiste en Union Soviétique au travers de ses œuvres comme Une journée d'Ivan Denissovitch (1962) ou L’archipel du goulag (1974-1976).

 

Alexandre Soljenitsyne est né en 1918. En 1945, il est condamné à 8 ans de prison dans les camps de travail pour activité contre-révolutionnaire, après avoir entretenu une correspondance critique à l'égard des politiques staliniennes et ses compétences guerrières. Il est libéré à la mort de Staline en 1953 et commence à écrire des œuvres dans lesquelles il dénonce le goulag. Cependant, il gêne les autorités soviétiques qui décide de lui retirer sa citoyenneté et de l’expulser d’URSS en 1974. Soljenitsyne ne reviendra en Russie qu’après la chute de l’URSS en 1991.

 

Sa vie fut représentative de celle qui se sont opposés au régime soviétique.

Dans une interview accordé au journal télévisé de France 3, le philosophe Bernard-Henri Lévy explique que la vie d’Alexandre Soljenitsyne a permis de dégager deux réalités :

 

-         d’abord l’imposture du régime communiste soviétique qui voulait se faire passer pour démocratique, alors qu’il fut en réalité une dictature.

-         enfin l’horreur du système concentrationnaire soviétique (le goulag), dont l’objectif était d’empêcher toute liberté d’expression grâce à l’internement d’opposants au régime.

 

La mort de Soljenitsyne marque la fin d’un chapitre de notre histoire. Les témoins disparaissent et il ne reste guère plus que les livres d’histoire pour nous relater les événements, ce qui est forcément moins parlant.

Elle nous rappelle également qu’à l’instar des victimes du nazisme, il ne faut jamais oublier les 100 millions de victimes du communisme en URSS et se rappeler ce que fut le communisme dans les faits.

 

Enfin, la vie de Soljenitsyne, ainsi que celle des millions d’autres victimes du système soviétique, nous conduit à cette ultime question : A la lumière de tous ces événements, est-il raisonnable de nos jours d’imaginer que le communisme à visage humain est possible ?

 

Repost 0
4 septembre 2008 4 04 /09 /septembre /2008 11:42

Interview de Claude Allègre (ancien ministre socialiste de l’éducation nationale de 1997 à 2000) accordée au magazine Le Point du 24 juillet 2008 (n°1871)

 

 

Fonctionnaires, retraites, heures sup', télévision publique... Claude Allègre  dresse ici le bilan d'un an de Sarkozy.

 

« L'impopularité du président de la République dans les sondages ne faiblit pas. Et si la raison de cette impopularité était moins à rechercher dans son langage, son style, voire l'influence de sa vie privée, que dans la dynamique de réformes tous azimuts qu'il a engagées ? Et si cette France dont il secoue avec énergie la torpeur séculaire préférait la posture confortable du surplace ? Certes, tout n'est pas parfait dans l'action entreprise depuis un an, mais elle a au moins le mérite de chercher à rattraper ce qui aurait dû être fait depuis trente ans. Bien sûr, le rythme imposé est endiablé et secoue sans ménagement un pays habitué au train-train des grèves à répétition et aux abandons successifs d'indispensables réformes. Mais peut-on laisser la France sombrer sous prétexte qu'il ne faut pas la réveiller trop brusquement ?

 

Car, au cas où vous ne le sauriez pas, nous sommes en guerre ! Une guerre économique sans merci, qui a pour nom mondialisation et élimine sans pitié les plus faibles. Aujourd'hui, le développement de la France, donc le bien-être des Français, ne se fera que s'il suit le rythme soutenu imposé par la Chine, l'Inde, le Brésil, la Russie et les Etats-Unis. Si le pouvoir d'achat stagne ou même diminue, ce n'est pas la faute de la politique menée par le gouvernement, c'est parce que notre économie a perdu sa compétitivité et que nos entreprises gagnent de l'argent surtout par leurs activités à l'étranger, donnant ainsi une impression trompeuse de richesse. Depuis longtemps, les responsables politiques montrent du doigt notre déficit budgétaire croissant. Mais qu'ont-ils fait pour le réduire ? Aujourd'hui, au moins, on prend des mesures courageuses pour résoudre ce problème, par exemple en réduisant le nombre de fonctionnaires. Alors que l'on chipote sur une année supplémentaire de cotisations retraite, a-t-on pris conscience que, dans quarante ans, l'âge moyen de la population française dépassera 60 ans ? Qui paiera les retraites si nous n'augmentons pas la durée d'activité ? Les solutions de bouts de ficelle proposées par les syndicats (comme celle qui consiste à taxer les stock-options) ne sont pas à la hauteur des enjeux ! Si on vit plus longtemps, est-il anormal de travailler un peu plus ? Même s'il faut moduler cela en fonction des catégories socioprofessionnelles, de la pénibilité du travail et de l'espérance de vie de chacun.

 

La réforme de la carte judiciaire était déjà dans les cartons d'Elisabeth Guigou : il fallait la faire. La réforme de l'armée, avec les indispensables économies qui y sont associées, avait été évoquée depuis longtemps : il était temps de l'entreprendre. D'ailleurs, pourquoi la France supporterait-elle seule le poids budgétaire de la défense de toute l'Europe ? Il faudra demain demander à nos partenaires européens une contribution plus importante, y compris pour la force de dissuasion nucléaire.

 

« A télévision publique argent public, à télévision privée argent privé . » Ce slogan était celui de la gauche et un objectif du gouvernement Jospin. Mais il suffit que Sarkozy reprenne l'idée pour que cela provoque un tollé ! C'est un cadeau fait à Bouygues sous forme de publicité, disent certains. Mais, en taxant les téléphones mobiles, fait-on plaisir à Bouygues Telecom ? Dans la tourmente que va subir le secteur de la télévision, tourmente liée au développement de la TNT, retirer la publicité de la télévision publique, n'est-ce pas la sécuriser ? Quant à la nomination du président de France Télévisions par le gouvernement, j'ai envie de dire : « Enfin la fin de l'hypocrisie ! »

 

De même, c'est une plaisanterie de dire qu'en supprimant quelques dizaines de milliers de postes d'enseignants du secondaire on va affaiblir l'enseignement public. Commençons par récupérer les 30 000 postes d'enseignants qui n'enseignent pas, puis arrêtons de multiplier les options improbables intéressant deux ou trois élèves par classe, ce qui aboutit à quarante langues étrangères au niveau du bac ! Est-ce vraiment inutile d'instaurer la garde des enfants en temps de grève au lieu de continuer à pénaliser les familles les plus modestes qui ne peuvent payer une garde et perdent de ce fait un jour de travail par jour de grève ? Quant au dialogue social, ne fallait-il pas le rénover ? L'accord patronat-syndicats sur la « flexisécurité » n'est-il pas une date historique dans la réforme de notre Code du travail ? Fallait-il continuer de considérer que le dialogue social était le maintien des avantages acquis et l'abandon de toute réforme sauf à encourir une manifestation de rue ?

 

La grève banalisée est en voie d'extinction. C'est bien. La grève reprendra demain son véritable rôle. Celui qu'elle occupe dans tous les pays d'Europe : être l'arme ultime, traduisant une situation exceptionnelle d'échec des indispensables négociations. Les syndicats pourront ainsi à nouveau devenir des forces de proposition, comme le furent les syndicats enseignants d'avant 1960, et non de simples gardiens du statu quo. Revenir sur l'immorale limitation des heures supplémentaires et permettre le rachat des RTT, n'est-ce pas le bon sens et la justice sociale ? Réhabiliter la valeur travail, n'était-ce pas ce qu'aurait dû faire la gauche (même si les 35 heures lato sensu n'étaient pas en elles-mêmes une mesure absurde, sur laquelle on ne revient d'ailleurs pas) ?

 

Et la réforme de la carte hospitalière dont on parle depuis Simone Veil, Henri Nallet ou Claude Evin, ne fallait-il pas la faire ? L'idée de garder les petits hôpitaux partout, mais en concentrant les moyens lourds et les interventions délicates sur les grands centres, ne va-t-elle pas permettre de faire des économies, mais aussi de sécuriser ceux qui vivent à la campagne et voyaient la fermeture annoncée de l'hôpital local comme une menace sur leur vie ?

 

On a raillé la mise en place du traité de Lisbonne. Malgré les réticences polonaises, Sarkozy a réussi. L'Europe, hier en panne, est repartie. Certes, aujourd'hui, l'Irlande a bloqué le processus. Mais est-ce sa faute ? Il suffit de fréquenter les grands pays d'Europe pour s'entendre dire partout que le seul espoir de la relance de l'Europe, c'est Nicolas Sarkozy. J'ai assisté au discours de la Knesset, courageux, équilibré et pugnace. J'y ai vu un Netanyahou applaudir et un Simon Peres donner l'accolade à notre président, puis j'ai entendu le lendemain Mahmoud Abbas exprimer sa satisfaction. Pourtant, que n'a-t-on dit sur l'Union pour la Méditerranée, la réunion à Paris du 13 juillet et la venue de Bachar el-Assad ? N'en déplaise aux grincheux, le résultat est là : Syrie, Liban, Israël et Palestine se parlent à nouveau. Tout n'est certes pas réglé, mais il y a de l'espoir. Alliée claire des Etats-Unis, mais indépendante, la France mène une politique étrangère autonome dans laquelle mes amis Bernard Kouchner et Jean-Pierre Jouyet jouent un rôle éminent.

 

Alors, bien sûr, dans ce bilan d'un an de Sarkozy, il y a pour moi des points de désaccord, des zones d'ombre et plus encore des insuffisances. Par exemple, je ne crois pas que ma morale laïque, celle de mes instituteurs, soit en rien inférieure à celle que dispensent les curés. J'ai été hostile aux tests ADN pour l'immigration, car je ne crois pas que la famille soit fondée sur les gènes. Je comprends la logique des franchises médicales pour éviter les excès des médicaments de toutes sortes, mais je crois qu'il y a là un danger potentiel d'inégalité sociale si l'on n'y prend pas garde. Enfin, si je suis sceptique sur la possibilité d'une augmentation uniforme du pouvoir d'achat, je crois qu'il y a beaucoup à faire pour combattre les inégalités et les injustices sociales. Va-t-on continuer à tolérer qu'un dirigeant d'entreprise qui a échoué parte avec des millions d'euros d'indemnités, alors que des millions de Français sont au bord de la rupture sociale ? Oui, il reste beaucoup à faire pour combattre l'injustice sociale. Et la lutte contre le chômage reste pour moi une priorité avant même l'augmentation du pouvoir d'achat.

 

J'ai approuvé la démarche du Grenelle de l'environnement et sa prise de position ferme pour le nucléaire et le compromis sur les OGM, mais j'ai regretté qu'on donne trop de place à une philosophie alarmiste au détriment de la création d'emplois et du développement de la voiture électrique ou du recyclage des déchets. D'immenses chantiers restent en friche. La création d'entreprises de haute technologie est toujours en France un parcours du combattant. Symétriquement, malgré les efforts de Martin Hirsch, la misère et la précarité demeurent trop pesantes. Comme on le voit, on peut discuter ici ou là de telle ou telle mesure, mais, pour finir, ce qui compte, c'est la volonté d'avancer et de faire entrer la France dans le XXIe siècle !

 

Il faut le constater : le courage est de retour en politique. Après presque quarante ans, il était temps ! Il est fini, le temps où un Mitterrand ou un Chirac sacrifiaient leur ministre de l'Education nationale, Lionel Jospin, Luc Ferry ou François Fillon, pour satisfaire les syndicats d'enseignants ! Les sondages, dont la pratique abusive tendait à instaurer une fausse démocratie directe, voient leur rôle amoindri. Ils ne semblent guère peser, et c'est tant mieux, sur la détermination d'un président décidé à réformer malgré une cote négative. Lorsque Nicolas Sarkozy propose de limiter le nombre des mandats du président à deux alors qu'il n'a que 53 ans, d'accroître le pouvoir du Parlement, d'instaurer un grand débat national après une intervention annuelle du président devant les deux chambres, devrait-on en conscience s'y opposer ? Même s'il est légitime de réclamer aussi une profonde réforme du Sénat.

 

Sarkozy est-il responsable de tout, comme nous le feraient croire certains médias ? Est-il responsable de la crise des subprimes créée par l'irresponsabilité des banquiers américains ? Est-il responsable de l'augmentation du prix du pétrole ? Est-il responsable du fait que l'Europe se soit dotée d'une banque centrale dont le mandat ne permet pas de lutter pour la croissance et contre le chômage ? A-t-il tort de faire la comparaison avec la réactivité des instances américaines correspondantes ? Est-il responsable si les gens n'achètent plus les journaux de peur d'attraper une sinistrose chronique ? Est-il responsable de l'aphasie du PS ? Après l'échec de la présidentielle, l'épidémie galopante du « pourquoi pas moi ? » a aiguisé les ambitions et occulté les idées. C'est alarmant, car la France a besoin d'une opposition et d'une gauche. Et le Parti socialiste, auquel je reste sentimentalement attaché, recèle de nombreux talents qui s'expriment désormais au niveau local. La politique d'ouverture est une bonne chose, mais elle ne remplacera pas une opposition imaginative, critique, alternative.

 

Une opposition qui comprenne enfin que la France doit bouger très vite pour s'adapter au monde nouveau. Bref, qui reconnaisse que, dans sa démarche hyper-volontariste, Nicolas Sarkozy a fondamentalement raison ».

Repost 0
4 septembre 2008 4 04 /09 /septembre /2008 11:34

La gauche du Val Maubuée a une bien curieuse vision de l’intercommunalité.

 

Le Val Maubuée dirigé par le Syndicat d’Agglomération Nouvelle ou SAN, regroupe les communes de Champs-sur-Marne (PC), Noisiel (PS), Torcy (PS), Lognes (PS), Emerainville (UMP) et Croissy-Beaubourg (UMP). Comme après chaque élection municipale, des délégués sont désignés par les différents conseils muncipaux afin de représenter leur commune au SAN. Par conséquent la gauche y possède la majorité des délégués. Les nouveaux délégués ont élu en avril dernier le président et les vice-présidents du bureau syndical.

 

Or, force est de constater que les élus représentant Croissy-Beaubourg et Emerainville sont relégués au ban de l’intercommunalité, puisque d’une part aucun élu d’Emerainville ou de Malnoue n’occupe une place de vice-président, tout au plus les relègue-t-on à un rôle limité de représentant de leur commune, et puisque d’autre part, ce nombre de  représentants est passé de 2 à 1 (cf. encart ci-dessous) !

 

Selon l’Assemblée des Communautés de France (AdCF), « l'intercommunalité est le rassemblement institutionnel de plusieurs communes qui partagent un projet de développement et mettent en commun pour sa réalisation leurs moyens et ressources dans un souci d'efficacité de la gestion publique ». Cela suppose donc que toutes les communes, indépendamment de leur couleur politique, puissent participer au développement de l’intercommunalité à laquelle ils appartiennent. Or dans le Val Maubuée, il est difficile de répondre à cette définition quand les communes d’Emerainville et de Malnoue ne sont pas associées aux décisions ! La gauche a décidément une bien étrange vision de la démocratie…

Pire, forte de sa majorité, la gauche en profite pour politiser le SAN, en votant par exemple une motion de soutien aux enseignants ; ou plutôt en votant une motion visant à condamner la politique du gouvernement. On s’éloigne du sujet censé les préoccuper…

 

En outre, certains élus de gauche du SAN en profitent pour s’en prendre aux élus de Croissy-Beaubourg et d’Emerainville, parfois à la limite de la correction. Ainsi, les délégués d’Emerainville et de Croissy-Beaubourg se sont plaint à plusieurs reprises du comportement qu’a eu à leur égard le premier adjoint PCF au maire de Champs-sur-Maire, Daniel Guillaume (cf. lettres des 8 juillet 2005, 19 et 30 avril 2008 adressés au SAN sur le site de la commune d’Emerainville).

 

Pour finir, étant donné les difficultés que rencontre le SAN pour communiquer avec ses administrés, voici l’encart réservé à l’expression des élus de Croissy-Beaubourg et d’Emerainville, paru dans le Val Magazine  de juillet 2008, toujours non reçu par certains dans leur boîte aux lettres à ce jour.


La guerre n’est pas déclarée mais la bataille fait rage dans la majorité du SAN

 

Lors du premier comité, les antagonismes entre les socialistes, les communistes et les verts sont apparus au grand jour.

Après une explication de Michel Ricart [président du SAN] sur une « timide ouverture » dans différentes instances, M. Guillaume se lança dans une virulente diatribe contre les élus d’opposition et demanda une suspension de séance.

A la reprise, plus question « d’ouverture » ; toutes les portes, fenêtres et autres vasistas étaient fermés.

PIRE : le nombre de représentants au bureau est tombé de 2 à 1 pour Emerainville et Croissy-Beaubourg. Michel Ricart est donc passé par les fourches caudines de ses « amis ».

Dénonçant cette position, nous nous sommes vus viloemment attaqués par M. Guillaume.

Ce personnage dont la haine se lisait sur le visage, osait vouloir nous donner des leçons de démocratie !

Qu’oserait-il faire s’il le pouvait ? Nous en tremblons encore !!!

Nous dénonçons cet ostracisme.

Les instances du SAN doivent comprendre des représentants de toutes les communes, élus au suffrage universel seul garant d’une véritable légitimité.

Les élus d’Emerainville et de Croissy-Beaubourg sont exclus de toutes décisions.

Cette situation, véritable camouflet pour la démocratie, reflète cette vindicte politique, propre aux extrémistes du SAN.

Elle reflète aussi un mépris profond envers tous les habitants du Val Maubuée qui ne partagent pas les idéologies politiques de « l’ex-union de la gauche ».

 

Le groupe des élus d’opposition

Repost 0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 12:18

·   Afin de donner à l'éducation prioritaire les moyens d'assurer la réussite des élèves qu'elle accueille, le Gouvernement a demandé aux collèges privés et publics de ZEP de mettre en place dès la rentrée de la Toussaint 2007 un “accompagnement éducatif” hors temps scolaire. D’une durée indicative de 2 heures, ces "études dirigées" sont organisées tout au long de l’année en fin de journée après la classe, quatre jours par semaine.
[19 juillet 2007]

·   La première étape de la disparition progressive de la carte scolaire, telle qu'on l'a connue depuis 1963, a été engagée, dans les collèges et les lycées et ce, dès le mois de juin 2007. Une liberté nouvelle est désormais offerte aux familles dans le choix du collège ou du lycée de leurs enfants. Ce premier assouplissement important de la carte scolaire a permis de satisfaire la quasi-totalité des nouvelles demandes tout en favorisant la diversité sociale.
[25 juillet 2007]

·         "L'amélioration de l'accueil des plaignants et des victimes, en particulier les femmes victimes de violences conjugales, et le soutien auquel ils peuvent prétendre, doivent faire l'objet d'une attention permanente des commissariats, bureaux de police et brigades de gendarmerie." (lettre de mission adressée par le Président de la République et le Premier ministre à Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur, des collectivités locales et de l'Outre-mer)
[30 juillet 2007]

·   L'accueil des enfants handicapés dans les établissements scolaires a été amélioré. Le renforcement des dispositifs de scolarisation en milieu ordinaire des enfants handicapés s'appuie sur la création de 2 700 postes supplémentaires d'auxiliaires de vie scolaire-individuels (AVS-i) dès la rentrée 2007. 200 Unités pédagogiques d'intégration (UPI) supplémentaires sont également mises en place.
[ 8 août 2007]

·   Nicolas Sarkozy avait promis lors de la campagne présidentielle que les universités deviendraient autonomes. La loi du 10 août 2007 relative aux libertés et responsabilités des universités donne à ces dernières une réelle autonomie, notamment en matière de gestion budgétaire et de personnel.
[10 août 2007]

·   La loi du 10 aout 2007 renforçant la lutte contre la récidive des majeurs et des mineurs met en place un dispositif de lutte contre la récidive des mineurs délinquants. L'"excuse de minorité" (réduction de la peine de moitié entre 16 et 18 ans) ne s’appliquera plus en cas de deuxième récidive pour les crimes ou délits avec violence ou les agressions sexuelles, sauf décision particulièrement motivée du juge.
[10 août 2007]

·   La loi du 10 aout 2007 renforçant la lutte contre la récidive des majeurs et des mineurs a mis en place les peines plancher promises par Nicolas Sarkozy au cours de la campagne présidentielle. Tout en laissant une marge d’appréciation au juge, elle prévoit une peine minimale dès la première récidive pour les crimes et délits passibles d’au moins 3 ans d’emprisonnement. Cette peine sera d’au moins un tiers de la peine maximale prévue.
[10 août 2007]

·   La loi du 11 août 2007 relative aux responsabilités et aux libertés des universités dote les universités d’une nouvelle mission, celle de l’insertion professionnelle des étudiants. A cette fin, un bureau de l’insertion professionnelle sera créé dans chaque université.
[11 août 2007]

·   Grâce à la loi du 21 aout 2007 sur le dialogue social et la continuité du service public dans les transports, le vote à bulletin secret sur la poursuite des grèves, promesse de Nicolas Sarkozy, est désormais une réalité.
[21 août 2007]

·   La loi "travail, emploi, pouvoir d'achat" dispose que les emprunts souscrits à compter du 6 mai 2007 pour l'acquisition de la résidence principale donneront droit, les cinq premières années, à un crédit d'impôt sur le revenu égal à 20 % des intérêts versés, dans la limite d'un avantage fiscal annuel de 1 500 euros pour un couple. Pour que chacun puisse en bénéficier, ce crédit d'impôt sera remboursé aux ménages non imposables sous la forme d'un chèque du Trésor public. (loi du 21 aout 2007 en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat )
[21 août 2007]

·   La loi "travail, emploi, pouvoir d'achat" du 21 aout 2007 prévoit deux mesures fiscales de soutien au pouvoir d'achat des jeunes. D'une part, elle dispose que les jeunes de moins de 26 ans qui travaillent tout en poursuivant des études seront exonérés d'impôt sur le revenu dans la limite de trois fois le montant du SMIC mensuel. D'autre part, les donations aux jeunes générations sont favorisés par une franchise d'impôt allant jusqu'à 20 000 euros pour chacun des enfants et petits-enfants. La défiscalisation des revenus du travail des étudiants était un engagement de campagne de Nicolas Sarkozy. (loi du 21 aout 2007 en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat )
[21 août 2007]

·   La loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat permet désormais aux contribuables soumis à l’ISF de déduire de cet impôt, dans la limite d’un plafond 50 000€ par an, 75% des sommes investies dans une PME.
[21 août 2007]

·   Afin de favoriser l'essor et le développement des PME et du capitalisme familial qui jouent un rôle moteur dans le processus d'innovation et de création d'emplois, les sommes investies dans le capital de ces entreprises pourront être déduites de l'impôt de solidarité sur la fortune, dans la limite de 50 000 euros par an.
[21 août 2007]

·   L'article 17 de la loi n° 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat dispose : "sont interdits les éléments de rémunération, indemnités et avantages [« parachutes dorés »] dont le bénéfice n'est pas subordonné au respect des conditions liées aux performances du bénéficiaire, appréciées au regard de celles de la société dont il préside le conseil d'administration ou exerce la direction générale ou la direction générale déléguée [...] Aucun versement, de quelque nature que ce soit, ne peut intervenir avant que le conseil d'administration ne constate, lors ou après la cessation ou le changement effectif des fonctions, le respect des conditions prévues."
[21 août 2007]

·   La loi "travail, emploi, pouvoir d'achat" dispose que les emprunts souscrits à compter du 6 mai 2007 pour l'acquisition de la résidence principale donneront droit, les cinq premières années, à un crédit d'impôt sur le revenu égal à 20 % des intérêts versés, dans la limite d'un avantage fiscal annuel de 1 500 euros pour un couple. Pour que chacun puisse en bénéficier, ce crédit d'impôt sera remboursé aux ménages non imposables sous la forme d'un chèque du Trésor public. (loi du 21 aout 2007 en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat )
[21 août 2007]

·   Comme s'y était engagé Nicolas Sarkozy, la loi "travail, emploi, pouvoir d'achat" du 21 aout 2007 exonère de droits 95% des successions, hormis les plus importantes. Elle permet ainsi la transmission en franchise de droits du fruit de toute une vie de travail. Chaque enfant bénéficie désormais d'un abattement de 150 000 euros sur sa part ; pour le conjoint survivant, qu'il soit marié ou lié par un Pacs, les droits de succession sont tout simplement supprimés. De même, les droits de donation sont allégés. Les solidarités familiales sont donc soutenues et valorisées.
[21 août 2007]

·   Le décret d'application sur la défiscalisation des heures supplémentaires a été publié le 25 septembre 2007.
[24 septembre 2007]

·   La "charte de Lyon" a été signée le 28 septembre 2007. Elle porte sur un nouveau programme en faveur de la rénovation urbaine et de la construction de logements sociaux, avec des objectifs précis. Ce programme permettra de financer les achats, ventes, rénovations ou constructions de logements sociaux.
[28 septembre 2007]

·   Les bourses étudiantes sont augmentées de 2,5% pour l'année universitaire 2007-2008. Par ailleurs, à compter du 1er octobre 2007, l’allocation de recherche pour les doctorants s’élève à 1 650 € brut par mois contre 1 530 € brut aujourd’hui, soit une augmentation de 8%.
[ 1 octobre 2007]

·  L'accession à la propriété est désormais facilitée par la déduction partielle de l'impôt sur le revenu des intérêts d'emprunt. La loi n° 2007-1223 du 21 aout 2007 en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat dispose que les emprunts souscrits à compter du 6 mai 2007 pour l'acquisition de la résidence principale donneront droit, les cinq premières années, à un crédit d'impôt sur le revenu égal à 20% des intérêts versés, dans la limite d'un avantage fiscal annuel de 1 500 euros pour un couple. Pour que chacun puisse en bénéficier, les ménages non imposables bénéficieront d'un versement du Trésor public. Le décret d'application est paru au journal officiel du 6 octobre 2007.
[ 6 octobre 2007]

·   Les députés ont adopté le 9 octobre 2007 une proposition de loi de simplification du droit qui supprime 127 lois obsolètes ( janvier 1970).
[ 09 octobre 2007 ]

·   Dans le cadre des "réunions de chantier" du ministère du Logement et de la ville, a été signée, le 18 septembre 2007, une convention entre l'Etat, l'Agence nationale de l'habitat (ANAH) et l'Union d'économie sociale pour le logement (UESL), qui vise à faciliter la remise sur le marché des logements locatifs privés vacants par une coordination de l'ANAH et de l'UESL. Elle doit permettre la mise sur le marché de 70 000 logements du parc privé avec un loyer maîtrisé au cours de la période 2008-2013 et s'inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre des objectifs fixés par la loi sur le logement opposable.
[18 octobre 2007]

·   Le traité simplifié, approuvé par les 27 Etats membres de l'Union européenne le 19 octobre 2007 et signé par eux le 13 décembre 2007, fixe un nouvel objectif à l'Union européenne : la protection de ses citoyens. L'inscription de cet objectif dans le traité avait été demandée par Nicolas Sarkozy.
[19 octobre 2007]

·   Le plan grand froid pour l'hiver 2007 - 2008 prévoit que des places supplémentaires d’hébergement d’urgence seront  mobilisées en fonction des conditions météorologiques. L'objectif de 2 500 places hivernales annoncé par le comité interministériel de lutte contre l’exclusion du 12 mai 2007 a été dépassé : 2 664 places seront disponibles.
[19 octobre 2007]

·   Le Haut commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté a lancé l'expérimentation du RSA dans 16 départements. Ils sont aujourd'hui 34 à conduire cette expérimentation qui vise à lutter contre l'inactivités et à soutenir les travailleurs pauvres.
[ 5 novembre 2007]

·         Le décret n° 2007-1627 du 16 novembre 2007 modifiant le code de procédure pénale et renforçant le recours aux aménagements de peines et la lutte contre la récidive marque la volonté du Gouvernement de mettre l’accent sur la formation professionnelle et la réinsertion des détenus pour faire chuter les taux de récidive à la sortie de prison.
[16 novembre 2007]

·   Depuis la loi relative à la maîtrise de l'immigration à l’intégration et à l’asile, les parents d'enfants arrivant en France au titre du regroupement familial doivent signer obligatoirement un « contrat d accueil et d’intégration pour la famille ». Par ce contrat, les parents s'engagent à agir pour l'intégration de leurs enfants, notamment en aidant à l'apprentissage de la langue française. En cas de non-respect du contrat, des mesures d'accompagnement peuvent être prises.
[20 novembre 2007]

·   La loi relative à la maîtrise de l'immigration, à l'intégration et à l'asile du 20 novembre 2007 concrétise les engagements de Nicolas Sarkozy en matière d'immigration choisie et d'intégration réussie. La loi sur l’immigration met en place une évaluation des connaissances linguistiques et des valeurs républicaines du ressortissant avec, si besoin est, une formation dans le pays d’origine. Un plancher de ressources est créé : le regroupement familial ne sera possible que si les ressources de la famille dépassent ce seuil, les ressources étant évaluées sans prendre en compte les allocations familiales ou les minima sociaux. Un contrat d’accueil et d’intégration des familles est créé et oblige les familles à suivre une formation sur les droits et les devoirs des parents. Enfin, une carte de résident permanent à durée indéterminée est créée.
[20 novembre 2007]

·   La loi de financement de la Sécurité sociale pour 2008, adoptée le 23 novembre 2007, prévoit une contribution patronale de 2,5% sur l'attribution des stock-options ainsi qu'une contribution salariale de 2,5% sur la plus-value dégagée par le bénéficiaire lors de la levée de l'option. Il est enfin prévu pour les chefs d'entreprises une cotisation patronale de 10% sur les attributions gratuites d'actions. Les contributions patronale et salariale seront toutes deux affectées aux régimes obligatoires de base d'assurance maladie.
[23 novembre 2007]

 

 

·   Le Premier ministre, François Fillon et la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse ont signé avec la Conférence des présidents d'université un protocole cadre garantissant une hausse des budgets des universités de 50% sur 5 ans. Cette hausse sera en partie financée par les 3,7 Mds € issus de la cession par l'Etat de 2,5% du capital d'EDF le 3 décembre 2007.
[28 novembre 2007]

·   Un bonus écologique sur l’achat de voitures neuves bénéficie aux acheteurs d’un véhicule neuf émettant moins de 130g de CO2/km et ce, depuis son annonce faite par Jean-Louis Borloo le 5 décembre 2007. Le malus pénalisant les acheteurs d’un véhicule neuf émettant plus de 160g de CO2/km est entré en vigueur au 1er janvier 2008.
[ 5 décembre 2007]

·   Doté de 730 millions d'euros sur la période 2008-2012, le plan pour la réussite en licence prévoit un accompagnement personnalisé des étudiants durant le premier cycle universitaire. L'objectif est notamment de diviser par deux le taux d'échec en première année à l'université (qui correspond à la première année du cycle de licence).
[13 décembre 2007]

·   L'accord signé le 18 décembre 2007 entre l'Etat et la fédération des offices HLM prévoit qu'à l'horizon 2009-2010 40 000 logements sociaux par an seront cédés à leurs locataires, soit 1% du parc HLM. Ce processus participera ainsi à la mobilité des résidents du parc HLM et à l'accession sociale à la propriété.
[18 décembre 2007]

·   La loi de financement de la sécurité sociale pour 2008 limite les départs en préretraite et les mises à la retraite d'office grâce à plusieurs dispositifs : la contribution des entreprises sur les préretraites va passer de 24,15 % à 50 % ; les nouveaux préretraités seront redevables de la contribution sociale généralisée (CSG) à un taux de 7,5 %, tout comme les salariés ; la contribution relative aux mises en retraite d’office avant 65 ans sera de 25 % en 2008, puis de 50 % en 2009. "
[19 décembre 2007]

·   Le Gouvernement a décidé d'accentuer ses efforts en matière de rénovation urbaine. Le budget de l'Agence de rénovation Urbaine (ANRU), sera au titre l'année de 2008, de 485 millions d'euros, 385 millions seront financés par l'Etat et les 100 millions restants par la Caisse des dépôts et consignations. L'objectif prioritaire du Gouvernement est de lutter contre l'habitat indigne et dégradé. En comptant les apports financiers des partenaires de l’ANRU (l'Union d'Economie Sociale pour le Logement, Union sociale de l’habitat et la Caisse des dépôts et consignations), l’enveloppe financière à disposition de l’Agence sera portée à 12 milliards d’euros.
[24 décembre 2007]

·   Le Gouvernement a décidé de faire un effort budgétaire supplémentaire en faveur des nouveaux propriétaires : la loi de finances pour 2008 prévoit que le montant de la déduction d'impôt pour les intérêts payés au titre de la première année de remboursement sera doublé, passant de 20% à 40%.
[24 décembre 2007]

·   Le droit au logement opposable institué par la loi du 5 mars 2007 est devenu une réalité le 1er janvier 2008. Il concerne dans un premier temps les sans abris ou les femmes seules avec charge d'enfant.
[ 1 janvier 2008]

·   Le 1er janvier 2008 est entré en vigueur le nouveau crédit d'impôt environnement. Son but est de privilégier les produits les plus performants en matière d'économie d'énergie et de lutte contre le changement climatique. Un arrêté du 13 novembre 2007 fixe la liste des équipements, matériaux et appareils qui bénéficient du crédit d'impôt environnement.
[ 1 janvier 2008]

·   "Les premières cartes de séjour ""compétences et talents"" ont été attribuées fin 2007. Elles bénéficient aux candidats à l'immigration susceptibles de participer au développement économique ou au rayonnement (intellectuel, scientifique, culturel, humanitaire ou sportif) de la France et du pays dont ils ont la nationalité. Ces cartes sont l'un des outils de promotion de l'immigration économique voulue par Nicolas Sarkozy. "
[ 1 janvier 2008]

·   557 000 permis de construire ont été délivrés en 2007. C'est plus que l'objectif initialement fixé le Gouvernement en matière de construction. François Fillon avait en effet estimé début juillet 2007 que les besoins de la France, compte tenu de sa croissance, sont de 500 000 nouveaux logements par an.
[ 1 janvier 2008]

·   Le « bouclier fiscal » garantit aux contribuables que les impôts directs qu'ils payent dont l'impôt sur le revenu, la CSG ou la CRDS ne pourront pas être supérieurs à 50% de leurs revenus.
[ 1 janvier 2008]

·   La loi de financement de la sécurité sociale pour 2008 prévoit un certain nombre de mesures favorables aux familles. D'une part, les démarches administratives sont simplifiées. D'autre part, les allocations sont majorées (le montant de la majoration unique des allocations à 14 ans devient équivalent à celui appliqué actuellement à 16 ans, soit près de 60 euros). Enfin, l'allocation de rentrée scolaire est modulée en fonction de l’âge de l’enfant afin de mieux prendre en compte les besoins des familles.
[ 1 janvier 2008]

·   Les franchises médicales, voulues par Nicolas Sarkozy pour financer notamment la lutte contre la maladie d'Alzheimer et le cancer, sont mises en place au 1er janvier 2008. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale 2008 prévoit une franchise de 0,50 € par boîte de médicament, de 0,50 € par acte médical et une franchise de 2 € pour les transports sanitaires. Ces franchises seront plafonnées à 50 € par an et par personne. Ces mesures devraient dégager 850 millions d’euros qui seront affectés aux plans de lutte contre la maladie d’Alzheimer et contre le cancer ainsi qu’au doublement des structures de soins palliatifs. Des exonérations pour les plus modestes sont prévues.
[ 1 janvier 2008]

·   Un sixième échelon de bourse universitaire a été créé. Il est destiné à soutenir les 100 000 étudiants les plus défavorisés. Ceux-ci toucheront des bourses plus élevées de 7,2% qu'en janvier 2007.
[ 1 janvier 2008]

·   Le triplement du crédit impôt recherche (CIR) figure dans la loi de finances pour 2008. Il avait été annoncé le 24 septembre dernier par Christine Lagarde, ministre de l'Economie, des finances et de l'emploi. Cette réforme s'applique à partir de 2008. La modernisation du CIR vient les incitations pour toutes les entreprises à accroître leur effort de recherche. Le taux du crédit d'impôt passe de 10 à 30% (voire à 50% pour les entreprises demandant à en bénéficier pour la première fois) et il porte sur l'intégralité des dépenses. Le nouveau CIR sera également plus simple à utiliser pour les PME. Cette mesure phare était très attendue par les entreprises innovantes. La modernisation du CIR renforcera les incitations pour toutes les entreprises à accroître leur effort de recherche.
[ 1 janvier 2008]

·   Simplifiant les dispositifs antérieurs trop complexes, le "chèque santé" est destiné à améliorer l’accès à une complémentaire santé par les foyers les plus modestes. Son montant peut aller de 100 à 400 euros. La seule démarche des 2 millions de bénéficiaires potentiels consistera à envoyer le chèque à la complémentaire santé de leur choix. Ils bénéficieront ainsi d'une meilleure couverture santé.
[ 4 janvier 2008]

·   Le "Plan pour la pêche durable et responsable", doté de 310 millions d’euros sur 3 ans, a été annoncé par Nicolas Sarkozy le 16 janvier 2008. Il permettra de préserver l’environnement, les ressources et les milieux marins.
[16 janvier 2008]

·   Un plan de 600 millions pour relancer l'emploi des senior a été annoncé le 21 janvier 2008. Ce plan comporte des mesures incitatives de l’assurance chômage destinées à favoriser le retour à l’emploi et une campagne de communication. Le rendez vous 2008 sur les retraites devra également permettre aux seniors gagner plus en travaillant plus longtemps et ce grâce à la libération du cumul emploi retraite. La question de l'emploi des seniors sera abordée avec les partenaires sociaux le 28 avril 2008 et un projet de loi devrait voir le jour d'ici à la fin de l'année.
[21 janvier 2008]

·   Les décrets réformant les régimes spéciaux de retraite sont parus au Journal officiel : le 23 janvier celui relatif aux agents des industries électriques et gazières (IEG) ; le 16 janvier ceux concernant les personnels de la RATP et de la SNCF. La réforme, qui entrera en vigueur le 1er juillet 2008, aligne la durée de cotisation des agents de la SNCF, de la RATP et des IEG sur celle du privé et de la fonction publique. Elle prévoit l’augmentation progressive de la durée de cotisation pour bénéficier d’une retraite à taux plein de 37,5 ans actuellement à 40 ans en 2012.
[23 janvier 2008]

·   Jean-Louis Borloo a signé le 28 janvier 2008 avec les acteurs du transport aérien français une convention qui vise à améliorer fortement d’ici 2020 les performances environnementales (réduction de 50% des émissions des nouveaux avions) et sonores des avions et des aéroports.
[28 janvier 2008]

 

·   Afin de rendre le logement plus accessible, le dépôt de garantie exigé à l'entrée dans un appartement a été ramené de deux à un mois de loyer, ceci afin d'augmenter le pouvoir d'achat des français. L'annonce de cette réforme avait été faite par Nicolas Sarkozy le 29 novembre 2007.
[31 janvier 2008]

·   Le décret du 31 janvier 2008 instaure une rémunération minimale pour les stages d’une durée consécutive supérieure à trois mois. En l'absence d'un accord conventionnel plus favorable, le stagiaire doit percevoir désormais au moins 12% du plafond horaire de la sécurité sociale, soit 2,625 euros par heure, ce qui correspond à 399 euros pour 152 heures de travail par mois.
[31 janvier 2008]

·   Pour lutter contre la hausse des coûts du logement, et conformément aux annonces de Nicolas Sarkozy le 29 novembre 2007, un nouvel indice pour l'évolution des loyers a été créé. Il divise quasiment par deux la hausse des loyers en 2008. Ce nouvel indice est désormais en rapport avec l'inflation et rendra du pouvoir d'achat aux locataires.
[ 8 février 2008]

·   Afin de renforcer la sécurité dans les quartiers difficiles et de compléter le dispositif social mis en place par le plan Banlieues, le Président de la République a annoncé le déploiement de 4000 policiers sur trois ans dans les quartiers les plus sensibles. Ils seront affectés, par redéploiement de postes existants, dans 200 unités territoriales de quartiers et auront pour mission de protéger les habitants au quotidien.
[ 8 février 2008]

·   La loi du 13 février 2008 fusionnant l'ANPE et l'Unedic crée un nouvel organisme chargé d’assurer l’accueil, l’inscription, l’indemnisation et l’accompagnement des chômeurs.
[13 février 2008]

 

·   Préparé par Fadela Amara et présenté par le Président de la République, le plan banlieues est une véritable chance pour le renouveau des quartiers difficiles. L'égalité des chances, l'éducation, la sécurité, les transports, les associations et le logement social sont au coeur de l'engagement pris par Nicolas Sarkozy en faveur de ces quartiers. Ce plan, présenté le 8 février, est axé sur "les droits et devoirs" qu'il convient à chacun de respecter et doit redonner une chance à tous les habitants des banlieues qui veulent s'en sortir. Il repose sur des outils concrets mis au service des banlieues, pour en faire des quartiers comme les autres.
[ 8 février 2008]

·   Xavier Darcos a présenté le jeudi 14 février les 9 mesures de l'Education nationale qui s'inscrivent dans le plan Banlieues, notamment : la reconstruction des collèges les plus dégradés, l'encouragement à la mixité sociale par le transport en bus, le développement des internats d'excellence (4 000 places en cinq ans) et des sites d'excellence (30 lycées de quartiers difficiles), le doublement des places dans les écoles de la 2ème chance d'ici la rentrée 2009 et la création d'une banque de stages dans chaque académie.
[14 février 2008]

·   A la suite de la remise du rapport Anciaux sur le logement étudiant, le 15 février, Christine Boutin et Valérie Pécresse ont annoncé une enveloppe de 620 millions d'euros sur quatre ans pour la construction et la rénovation de chambres universitaires, ainsi que des pistes pour favoriser le logement intergénérationnel et la colocation.
[15 février 2008]

·   Le ministre de l'Education nationale Xavier Darcos a présenté mercredi 20 février les grands axes de la réforme de l’école primaire, qui sera pleinement opérationnelle la rentrée2008. La réforme porte en particulier sur l'organisation du temps scolaire, la révision des programmes scolaires et la prise en charge des élèves. Elle prévoit notamment la fin des cours le samedi, le recentrage des programmes sur les fondamentaux (français et mathématiques), l'accueil des élèves de 16h à 18h à la rentrée 2009 et des stages gratuits de remise à niveaux pendant les vacances scolaires pour les élèves de CM1 et CM2 en difficulté.
[20 février 2008]

·   Christine Boutin a signé avec plusieurs partenaires, promoteurs, constructeurs et établissements financiers, une charte intitulée "propriétaire de ma maison pour 15 euros par jour". La réalisation, dès cette année, d’une première tranche de 5 000 maisons permettra aux ménages à revenus modestes d’acquérir un bien immobilier pour un budget mensuel de 450 euros pendant vingt ans.
[21 février 2008]

·   Comme l'avait annoncé le Président de la République devant les partenaires sociaux le 6 février 2008, les personnes bénéficiaires du "minimum vieillesse", de l’allocation supplémentaire vieillesse, ainsi que de l’allocation viagère aux rapatriés âgés ont reçu, au plus tard le 31 mars 2008, un versement exceptionnel de 200 euros.
[31 mars 2008]

·   Les premiers stages de remises à niveau pour les élèves de CM1 et CM2 les plus en difficulté ont été organisés pendant les vacances de printemps : 82 000 enfants y ont participé et plus de 15 000 professeurs ont été volontaires pour les encadrer.
[ 7 avril 2008]

·         La fusion de la direction de la surveillance du territoire (DST) et de la direction centrale des renseignements généraux (DCRG) aboutira à la création d'une direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).
[21 mai 2008]

Repost 0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 12:13

Sur la France comme sur l’Europe, les socialistes confondent propositions et fictions

L’UMP déplore l’irréalisme et le flux de promesses creuses lancés par les socialistes en prévision du Congrès de Reims.

 

Pour la France, tous les ténors du PS se rejoignent sur un mot d’ordre : « payer plus, pour dépenser plus ». Et tous se rejoignent sur une méthode : la contrainte et les dépenses publiques. Les socialistes croient pouvoir répondre aux défis du XXIè siècle en utilisant les recettes du passé : multiplication des services publics et de leur effectif, taxation tous azimuts des entreprises et des classes moyennes. Les unes payant les autres. A la difficile réforme de l’Etat, ils préfèrent la facilité du conservatisme dispendieux.

 

Pour l’Europe, les socialistes demandent à l’Europe des projets concrets, mais se contentent pour eux-mêmes de vagues promesses qui s’effriteront au contact de la réalité. Sur l’Europe sociale, nous ne savons pas s’ils soutiennent le traité de Lisbonne qui rend obligatoire la Charte des droits fondamentaux, et permet le passage à la majorité qualifiée nécessaire à l’Europe des projets. Ils veulent une Europe puissance, mais ils se gardent bien de dire s’ils sont pour de nouveaux transferts de compétence. Ils veulent une Europe solidaire, mais ils hésitent à soutenir l’Union pour la Méditerranée. Sur l’Europe d’aujourd’hui, nous ne savons pas s’ils souhaitent un nouveau référendum en Irlande ou s’ils préfèrent enterrer l’indispensable réforme des institutions communautaires.

 

Tant de questions clés sans réponses témoignent d’une absence irresponsable de vision pour l’Europe, à l’heure où l’Union est plus que jamais nécessaire.

Chantal Brunel

Repost 0
Published by Thierry Dubois - dans GAUCHE IDEOLOGIQUE
commenter cet article
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 12:12

Le Président de la République a mis le travail au cœur de la réforme de notre économie. « Travailler plus pour gagner plus » est aujourd'hui une réalité indéniable.

Le nombre moyen d'heures supplémentaires effectué par salarié dans les entreprises de plus de dix personnes a augmenté de 40% au premier trimestre 2008 par rapport à la même période de 2007. Preuve que le dispositif des heures supplémentaires voté par notre majorité répond non seulement à une forte demande sociale, mais épouse la réalité économique de notre pays.

Les heures supplémentaires jouent un rôle d'amortisseur de crise ou d'accélérateur de croissance. Au moment de la discussion du projet de loi qui va faire sauter les verrous empêchant les heures supplémentaires, l'UMP se félicite de l'annonce de Christine LAGARDE et salue la détermination de Xavier BERTRAND et de la majorité pour en finir avec les 35 heures obligatoires pour tous, afin de créer du pouvoir d'achat grâce aux heures supplémentaires.


Frédéric LEFEBVRE

Porte-parole

Secrétaire national à l'économie

Repost 0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 12:11

La gauche pousse des cris d'orfraies et feint de s'étonner que le Président de la République tienne les engagements pris devant les Français. Il faut qu'elle s'habitue à ce que le Président fasse ce qu'il dit !

Empêcher les blocages du pays et les prises en otage des usagers des services publics lors des conflits sociaux, c'est tout simplement respecter les libertés des Français, celle d'aller et venir, celle de travailler ou celle du libre accès à l'école.

 

Après le service minimum dans les transports, c'est bientôt au tour du service minimum d'accueil dans les écoles d'être adopté par notre majorité. Ces réformes ne limitent pas le droit de grève mais proscrivent le droit de nuire impunément aux Français.

Alors que notre pays était sur cette question la risée des pays européens, le Président de la République a bien fait de souligner le chemin accompli devant les plus hautes autorités européennes -les présidents de la Commission et du Parlement européens- à l'occasion du Conseil national de l'UMP.

Repost 0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 12:10

 

Une recherche plus performante pour nos emplois de demain

Pour promouvoir la société de la connaissance, encore faut-il que la connaissance soit au service de la société. La réforme du CNRS engagée par Valérie PECRESSE et adoptée par son conseil d'administration s'inscrit pleinement dans ce sens.

La réorganisation interne du CNRS en instituts, la politique de partenariat avec les universités accédant à l'autonomie, et une interaction volontariste avec son environnement européen et mondial, serviront l'efficacité et le rayonnement de la recherche française. Cette nouvelle architecture évitera les doublons et les querelles de prés carrés, rendra plus lisible et plus visible les projets de recherche français, et permettra aux laboratoires d'utiliser au mieux l'argent public destiné à la recherche. L'objectif est de rendre le CNRS, premier organisme de recherche en Europe, plus dynamique, plus ouvert et plus attractif.

Aujourd'hui la responsabilité des chercheurs est plus large qu'elle ne l'était il y a une génération. La recherche doit alimenter l'activité économique pour la rendre durable. Une recherche française performante créera les emplois de demain. C'est pourquoi l'UMP soutient totalement l'ensemble des mesures courageuses menées par Valérie PECRESSE.

 

Chantal BRUNEL

Porte-parole

Repost 0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 12:09

Le projet de Bruxelles de rendre payants les quotas d'émissions de CO2 des industriels coûtera au secteur des centaines de millions d'euros, préviennent de nombreuses entreprises, qui brandissent la menace de délocaliser pour y faire face.


Alors que la France prenait la présidence de l'Union européenne mardi, l'Union des industries chimiques (UIC) françaises a dévoilé son estimation du coût de la mesure: 1 milliard d'euros annuels pour les 96 sites chimiques les plus polluants de France.


Pour son homologue allemande, la VCI, cela coûtera "plus d'un milliard d'euros" par an dès 2013, et "près de deux milliards" d'ici 2020. Aux Pays-Bas, les industriels de la chimie (3% du PIB), évoquent un surcoût annuel d'au moins un demi-milliard.


"Insoutenable", "grave menace pour la survie du secteur": des groupes de chimie aux cimentiers en passant par les sidérurgistes, les industriels s'inquiètent.

Environ 12.000 d'entre eux bénéficient aujourd'hui de quotas d'émissions alloués gratuitement par la Commission européenne. Un système qui permet aux entreprises les plus polluantes d'acheter des droits d'émissions supplémentaires auprès des entreprises les moins polluantes.

Mais ce dispositif pourrait disparaître en 2013. Pour atteindre son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre, dont le CO2, de 20% d'ici à 2020, Bruxelles a proposé en janvier de rendre ces droits d'émissions payants, à travers un système d'enchères qui pourrait rapporter 30 à 80 milliards d'euros selon des experts.


De par son coût, ce nouveau système aurait l'inconvénient de plomber la compétitivité des industriels européens face à leurs concurrents en Asie, aux Etats-Unis et au Moyen-Orient, où un tel dispositif n'existe pas, font valoir les industriels.

"Nous adhérons totalement aux ambitions de Bruxelles. Mais il faut tenir compte du fait que notre industrie est extrêmement soumise à la concurrence internationale", souligne le président de l'UIC, Bernard Chambon.


Pour faire face, les industriels pourraient aller jusqu'à "délocaliser", préviennent-ils.

Pour le président de la fédération italienne de la sidérurgie, Giuseppe Pasini, le secteur risque "une réduction radicale de son activité en Europe", et Eurofer, la confédération européenne des industries du fer et de l'acier, a évoqué vendredi le risque de "perdre des dizaines de milliers d'emplois" européens.

Ces menaces relèvent du chantage, estiment certains écologistes et politiques.

Pour prouver leur bonne volonté, les industriels présentent des projets alternatifs. En France, la chimie propose d'allouer des quotas gratuitement jusqu'à un certain seuil d'émissions, défini en fonction des performances de chaque secteur. Au-delà, les quotas seraient achetés aux enchères.

Avantage selon l'UIC: un coût réduit à une fourchette de 50 à 100 millions d'euros annuels, pour un niveau de réduction des émissions similaire au projet de Bruxelles, et l'incitation de toutes les entreprises, polluantes ou pas, à les diminuer.


Les négociations européennes sur le climat et la réduction des émissions de gaz à effet de serre seront délicates, a averti jeudi la France, qui a fait de ce dossier une priorité de sa présidence.

Le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, a dit vendredi "comprendre les craintes des industriels, des syndicats, sur un certain nombre de difficultés, de risques industriels et sociaux".

"Mais, fondamentalement, on n'a pas le choix", a-t-il déclaré à propos des objectifs du "paquet climat", qui intègre la refonte des quotas d'émissions.

Repost 0